Partagez | 
 

 Contexte conformisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar


Messages : 66
Date d'inscription : 09/03/2014

MessageSujet: Contexte conformisme   Dim 6 Déc - 14:56

Contexte
All about this world


Maison blanche, Washington, An 2246

« Monsieur, nos agents ont repéré un nouveau camp d’Antis »

Le président des USA se tourna vers le jeune homme qui venait d’entrer dans son bureau et soupira :

« Combien sont-ils ? »

« Plus de deux cent »

Nouveau soupir de la part du vieil homme. Les camps que ses agents parvenaient à repérer étaient de plus importants et nombreux. Mais comment la situation avait-elle put dégénérer à ce point ? Tout avait commencé en 2052, lorsque son prédécesseur avait engagé la guerre contre l’Art, « l’illusion de tous les peuples ». Les industries, les multinationales et la bourse étaient à leur apogée et toute forme de moyen d’expression devenait dangereuse pour la société qu’ils avaient bâtie. Mais comment détruire un culte encré dans tous les esprits depuis des millénaires ? Il fallait être ingénieux et patient.

Tout commença par un pacte secret entre les plus grandes multinationales, essentiellement dans la communication. En échange d’une publicité abusive sur les écrans du monde entier (gratuitement bien sur) et l’investissement des fonds nationaux dans l’achat de leurs produits, ils introduiraient des messages subliminaux dans leurs spots publicitaires. Beaucoup acceptèrent, les profits qu’ils pourraient en tirer n’étant pas négligeables, et chacun tint sa langue sous peine de représailles sanglantes. Le contenu de ces messages ? « l’Art est mauvais », « les artistes vous manipulent ».
Impensable ? Les résultats ne se firent pas ressentir tout de suite. Il fallut un autre élément déclencheur pour mettre le feu aux poudres.
Le pacte secret


Un champignon nocif, mortel en grande quantité, aurait été découvert sur certaines toiles des musées du monde entier. Personne ne savait comment il avait pu passer inaperçu durant toutes ces années, et aucun n’y cru en premier lieu. Mais rapidement, plusieurs conservateurs de musées moururent sans aucune raison apparente (le poison avait accompli son office), mais tous crurent que ces décès inopinés étaient dus à ce champignon.
Par peur ou prudence, les musées se vidèrent peu à peu. Restait tout de même les passionnés. Par sécurité, les gouvernements de la planète fermèrent leurs plus belles galeries. Louvre, Offices, tous fermèrent un à un, sous l’impulsion du président Américain et de quelques uns de ses alliés politiques.
Un remède fut rapidement trouvé, mais à quel prix ? Le produit avait le désavantage de détériorer grandement les toiles, attaquant la peinture. Ainsi, durant les plusieurs semaines de traitement, des Van Gogh et Manet furent perdus à jamais.
Première étape


La deuxième étape : supprimer les livres papier, contrôler les romans et écrits. Il fallut beaucoup plus de temps pour mettre cette étape à exécution et elle se déroula en plusieurs dizaines années. Bientôt, les enfants purent dirent à leurs parents « A quoi bon avoir des livres ? Tout est sur internet. Les livres, c’est lourd, ça prend de la place, c’est pas pratique ». Les maisons d’édition ne publièrent bientôt plus les textes que sur format numérique, délaissant le papier, trop fragile. Ce fut à ce moment que des employés du Capitole entrèrent en action. Des dizaines d’informaticiens scrutaient la toile à la recherche d’écrits allant à l’encontre de la société, de la leur. On supprima d’abord des textes oubliés du publique, pour remonter bientôt à des textes plus connus. Certains groupes firent de même et payèrent de grandes maisons d’édition pour refuser certains types de texte, jugés inutiles et anticonformistes. Ainsi, la fantaisie, fantastique, science-fiction, ces styles littéraires devinrent de plus en plus rares.
La musique fut également très réglementée. Les DJ régnaient sur le monde des ondes et la radio diffusait autant de publicités que de morceaux.
Seconde étape


Enfin, le gouvernement s’attaqua directement aux citoyens. Beaucoup de dirigeants avaient rejoint le mouvement de « conformisation » de la population, à leur insu. Les avantages étaient importants et peu refusaient de gouverner des hommes identiques, sans aucune envie de se révolter. Dans les maisons, les robots s’étaient imposés et tout foyer riche possédait une dizaine de robots destinés à des tâches diverses. Ceux-ci avaient également été programmés dans cette vision de mettre les Humains à l’état de légumes. L’Homme parfait était désigné comme un homme riche, possédant les nouvelles technologies avec du personnel sous ses ordres, et la population s’efforçait d’atteindre cet objectif. Les tâches augmentaient et des amendes diverses voyaient le jour. Seuls les domaines de l’industrie et de l’économie étaient de « bons » métiers, à quelques exceptions près. Les métiers artistiques se résumaient aux publicitaires qui imaginaient des affiches et mélodies qui pousseraient les habitants à consommer encore plus, d’acheter des objets dont ils n’auraient pas besoin mais qu’il leur faudrait s’ils voulaient être « le Meilleur ».
Troisième étape


Les artistes étaient très mal vus. Comédiens, dessinateurs, peintres, écrivains … Exercer ces métiers était de plus en plus difficile dus aux taxes supplémentaires dont ils étaient victime et le manque de revenus. La situation empira d’avantage, car lorsqu’on essayait de faire entendre ses idées, les trublions étaient systématiquement enfermés pour une durée plus ou moins longue. Les plus réfractaires à cette « conformisation » durent se cacher, se rassembler dans la ville d’en dessous, ensemble de souterrains et de salles abandonnées, mais que la police ne contrôlait que rarement. Seuls les passionnés acceptèrent cette vie à l’écart, loin de la lumière du soleil mais avec la certitude de pouvoir exercer son art librement, le seul endroit où l’on pouvait le faire. Le petit groupe s’agrandit, passant de quelques dizaines à des milliers. Tous passionnés, se rassemblant dans le « New-York d’en-dessous », organisant le retour de l’Art dans la cité la plus triste du monde. La résistance s’organise, mais lequel de l’imagination ou du profit parviendra à ses fins ?
De nos jours


Résumé
Pour les flemmards


Accenderat super his incitatum propositum ad nocendum aliqua mulier vilis, quae ad palatium ut poposcerat intromissa insidias ei latenter obtendi prodiderat a militibus obscurissimis. quam Constantina exultans ut in tuto iam locata mariti salute muneratam vehiculoque inpositam per regiae ianuas emisit in publicum, ut his inlecebris alios quoque ad indicanda proliceret paria vel maiora.
Je ressemble à ça...


Accenderat super his incitatum propositum ad nocendum aliqua mulier vilis, quae ad palatium ut poposcerat intromissa insidias ei latenter obtendi prodiderat a militibus obscurissimis. quam Constantina exultans ut in tuto iam locata mariti salute muneratam vehiculoque inpositam per regiae ianuas emisit in publicum, ut his inlecebris alios quoque ad indicanda proliceret paria vel maiora.
Je ressemble à ça...

Code de Frosty Blue de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-liberty.forum-pro.fr
 
Contexte conformisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contexte
» Règles, contexte et personnages
» ≈ le contexte.
» RPG hors contexte ?
» 02 + Le contexte.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test-liberty :: Nom random :: Archives-
Sauter vers: